Spoonie versus canicule

      6 commentaires sur Spoonie versus canicule

Me revoilà après quelques semaines sans publication ! Et parmi les multiples causes de cette absence, il y a… la canicule. Parce que la canicule, quand on est malade, c’est particulièrement difficile. Les personnes souffrant de maladies chroniques font partie des populations à risque en période de canicule, comme les jeunes enfants et les personnes âgées. 

Les raisons peuvent être nombreuses, selon les pathologies : un organisme plus fragile et une plus grande fatigabilité ; un risque de déshydratation plus élevé ; mais aussi des troubles de la régulation de la température auxquels sont sujets certains malades et qui augmentent beaucoup les chances d’hyperthermie ; le risque de poussées ou de crises de certaines maladies à cause de la chaleur ; les médicaments, qui peuvent entraîner une augmentation la température corporelle (comme les neuroleptiques ou les anti-migraineux) ou interagir avec la perception de la chaleur et les mécanismes de diminution de la température (amis hyper idios, Ritaline et Concerta sont concernés)… La liste est longue.

De mon coté, j’alterne en ce moment entre malaises et crises migraineuses, sur un fond de fatigue de niveau maximum. C’est pas facile, et c’est un peu pour ça que cet article sort non pas pendant la première vague de canicule de l’année (comme c’était prévu), ni avant la seconde, mais bien pendant cette dernière..! (Et je vous avoue que j’ai bien cru qu’il ne sortirait pas du tout).

Vous connaissez les recommandations ordinaires ; garder les volets fermés, faire entrer l’air frais la nuit (saviez-vous que vous pouvez renouveler l’air plus rapidement en mettant un ventilateur à la fenêtre ?), boire beaucoup. En plus de ceux là, j’ai eu envie de partager mes conseils, pour des situations plus particulières que peuvent rencontrer les spoonies. 

Avant tout, si vous pouvez, ne sortez pas. Restez chez vous, au frais, ne faites rien, reposez-vous. Je sais que c’est pas si simple ; ma productivité, qui n’est déjà pas géniale en temps normal, a été réduite à néant avec la chaleur, et c’est frustrant et déprimant. Pourtant il vaut mieux passer 6 jours à ne rien faire du tout que 3 semaines à se remettre d’un coup de chaleur, de crises à répétition ou de malaises. Ne culpabilisez pas, ne forcez pas, n’ignorez pas les signaux de votre corps, ne vous mettez pas en danger. C’est la base, mais je suis sure que ce petit rappel ne fera pas de mal..!

Aussi, ayez plusieurs bouteilles d’eau chez vous à porté de main, notamment au pied du lit. C’est pas super écolo, mais si y’a bien un moment pour acheter des packs de bouteilles et en mettre partout, c’est maintenant.

Sur ce point, j’insiste en particulier pour les hyper idios, les personnes atteintes d’un syndrome de Kleine-Levin ou tous ceux qui passent beaucoup de temps à dormir : Vous devez boire au lit, même si vous lever pour pisser doit hacher votre sommeil ! Si vous dormez 13 heures, ce sont 13 heures pendant lesquelles vous auriez déjà dû boire environ un litre d’eau ! On transpire beaucoup en dormant, la déshydrations peut aller très vite, et le coup de chaleur aussi. Surtout pour nous qui régulons mal notre température, et qui avons un sommeil excessivement lourd. Je ne sais plus combien de fois je me suis réveillée brûlante, dans un lit trempé, après de longues heures de sommeil sans avoir bu, alors qu’il faisait plus 30 degrés dans la chambre (en plein soleil), et où j’avais l’impression que j’allais mourir bouillie avant d’avoir pu me lever. 

Si ce que je viens de décrire vous est déjà arrivé pendant les journées les plus chaudes, voilà ce qui m’aidait avant d’avoir ENFIN un ventilateur silencieux pour la nuit : 

– Remplacer la couverture/couette par une serviette humide. Vous en faites pas, vos draps sécheront vite… C’est pas agréable, mais ça m’a déjà évité des coups de chaud.

– Si vous avez une baignoire, laissez de l’eau dedans, ça vous permettra de vous mouiller rapidement pour vous refroidir en cas de malaise. Si vous n’avez pas de baignoire, remplissez une grande bassine et laissez-la dans votre bac de douche. Vous pourrez y tremper les pieds, les bras, vous asperger. Sinon il y a toujours la douche, mais personnellement, dans cet état, je n’arrive pas à bouger normalement ni à lever les bras…

– prévoir une bouteille d’eau supplémentaire au pied du lit, à se verser sur la tête. Bon, là j’avoue, vos draps sécheront pas tellement vite, mais en cas de besoin, c’est mieux que rien.

– Une fois que ça va un peu mieux, bien boire et aussi bien manger ! Assez salé, si il n’y a pas de contre-indication pour vous. Quand on transpire beaucoup, on perd aussi des sels minéraux.

Comme tenue de combat thermique pour la maison, je vous suggère les sous vêtements les plus légers possibles, avec… un paréo. On peut le nouer de vingt façons différentes pour se couvrir, et c’est léger comme tout ! Pourquoi faire compliqué quand on peut faire aussi simple ?

Ensuite, si vous devez vraiment sortir de chez vous, n’oubliez pas d’emporter un peu d’eau (avec des glaçons dedans), un petit brumisateur ou un éventail, et pour les asthmatiques, n’oubliez pas votre ventoline. L’air sec et la chaleur peuvent aggraver les crises. Prenez aussi votre CMI si vous en avez une. En cas de malaise ou de problème, si vous devez demander une chaise et un verre d’eau quelque part, ça pourra vous faciliter la tâche de la montrer. Vous pouvez aussi vous mouiller les cheveux avant de partir, ou nouer un foulard mouillé sur votre tête.

Attention aussi aux chocs thermiques. Dans certains endroits, la clim est tellement forte que passer de l’intérieur à l’extérieur peut provoquer un choc de température. Si vous vous rendez dans un lieu climatisé, prenez de quoi vous couvrir.

Et maintenant, c’est aux proches des spoonies que j’aimerais m’adresser : 

S’il vous plait, soyez compréhensifs pendant la canicule. Il est possible qu’on soit moins joignables et moins disponibles. Prenez tout de même des nouvelles si vous pouvez, surtout de ceux qui sont isolés pendant la vague de chaleur. Et si vous organisez une sortie avec nous ou que vous nous invitez quelque part, faites attention à ce qu’il y ait au moins de quoi boire et un endroit frais où se reposer. Le restaurant-terrasse sans climatisation, le « t’en fait pas faut juste marcher 15 minutes et on y est », le « finalement on va aller faire les soldes en ville et non pas dans la petite galerie marchande climatisée où on avait prévu d’aller », et autres plans surprise de ce genre, on oublie ! Merci pour votre attention (Et vous aussi, hydratez-vous, hein)

Au fait, j’ai aussi préparé un petit article avec des idées pour une autre population à risque pendant la canicule : les animaux ! Vous pouvez le lire en cliquant ici. Sur ce, je retourne boire, dormir, et boire en dormant !

Et vous ? Vous avez d’autres conseils ? Lire le mot « paréo » vous a-t-il fait sursauté parce que plus personne n’en porte depuis les années 2000 ? Dites-moi tout en commentaire !

 

6 thoughts on “Spoonie versus canicule

  1. Lily la mouette

    Oui la canicule c’est dur déjà quand on est en bonne santé alors je comprend que ce soit encore plus dur pour les malades chroniques.Tout le monde sait qu’il faut s’hydrater d’autant plus en cas de canicule. On croit souvent le faire et pourtant …perso j’arrête de boire assez tôt en soirée et jamais la nuit justement pour éviter d’avoir besoin d’aller aux toilettes et donc de me réveiller mais c’est débile puisque de toute façon la chaleur et la déshydratation empêchent de trouver ou de retrouver le sommeil.

    Bref , il est donc très utile de rappeller ce conseil qui peut paraître si simple mais qui peut à tous nous éviter un coup de chaud.

    Et promis on pensera à la galerie marchande , au ventilo et au restau climatisé pour les spoonies

    Bonne fin de canicule

    Reply
  2. Archibuteo

    Et si vous avez pu avoir l’énergie de lancer une machine de draps (transpiration de nuit, tout ça…), ne vous embêtez pas à les étendre : placez les sur le lit, mettez vous dessous et orientez le ventilo en direction de cette cabane improvisée, c’est tellement agréable ! (Attention à ne jamais dormir avec un ventilateur dans la chambre.) Pareil pour les vêtements : c’est la seule fois de l’année où enfiler le t-shirt mouillé qui sort de la machine est parfaitement adapté. Je suis d’accord avec ton conseil des cheveux mouillés. En ce moment je les trempe au moins une fois par jour et les laisse goutter sur mon dos même pour sortir (surtout pour sortir !). En fait c’est bien simple, il faut tout mouiller : la moindre brise deviendra un havre de bonheur.
    Ce que tu évoques avec les traitements, c’est important : certains dérégulent la capacité à adapter sa température corporelle à l’environnement. Je suis dans le milieu du soin depuis 2 ans et l’ai appris hier par hasard. C’est trop peu connu et apparemment trop peu transmis. Faites très attention.
    J’ai remarqué que tu parlais de se refroidir à l’eau. Tout d’abord, se refroidir trop efficacement sur le coup (avec de l’eau glacée) a l’effet inverse de celui escompté, le corps va réagir en voulant à tout prix remonter sa chaleur. Donc à ne pas faire. D’autant qu’il y a un risque de provoquer un vrai choc thermique. Mais on peut se servir de cette capacité du corps pour le tromper : en se mouillant à l’eau tiède voire un peu chaude, le corps va faire directement baisser sa production de chaleur et à vous la fraîcheur ! Pour ceux qui régulent mal leur production de chaleur, peut-être que ce dernier conseil est complètement idiot… Si l’un de vous l’a déjà essayé je veux bien connaître son avis.
    Courage à tous et surtout à vous dans ces moments de canicule. C’est chouette j’ai pu ouvrir les yeux sur les multiples raisons pour lesquelles les spoonies sont à risque en cas de fortes chaleur. J’y ferai attention. Ça me rappelle ces hôpitaux mal conçus où certains passages entre deux services sont de véritables fournaises… Ça concerne bien plus de personnes que ce que je croyais. Je pensais toujours aux personnes dites généralement à risque (femmes enceintes, personnes âgées, bébés, personnes affaiblies), je n’avais encore jamais pensé aux personnes sous traitement, à celles qui ont moins l’occasion de s’hydrater… Merci. Allez je retourne dans mon frigo.

    Reply
    1. Sam H.I. Post author

      Merci beaucoup pour ton commentaire !

      Ah oui, le T-shirt humide c’est vrai que c’est super aussi ! (Et la cabane de draps..! :o)

      Par contre pourquoi ne faut-il pas dormir avec un ventilateur dans sa chambre ?! 😮 C’est pas toujours super confortable, mais c’est quand même une des seules choses qui peut raffraichir pendant les très fortes chaleurs quand on a pas la clim ! Il suffit d’avoir quelques larmes artificielles sur sa table de chevet et… ça roule, non ?

      Pour ce qui est de se mouiller, il ne s’agit évidemment pas de se jeter dans de l’eau glacée (idée « qui tue », si j’ose dire) mais de s’immerger dans de l’eau fraiche (baignoire laissée à température ambiante). Et en cas de coup de chaleur, je ne connais pas d’autre moyen de faire baisser sa température… Et je n’aurais surtout pas l’idée de prendre un bain plus chaud..? Pendant un coup de chaleur, le corps ne réussit plus à baisser sa température, c’est bien pour ça qu’il faut se refroidir par des moyens extérieurs. On recommande généralement de s’envelopper de linge mouillé à l’eau froide, mais c’est évident que si on est tout seul, en plein malaise, confus, sans réussir à bouger normalement, ça va pas trop être possible de s’envelopper. En cas de coup de chaleur il y a un risque de malaise et de perte de connaissance. Il ne faut pas perdre une minute dans cet état là si on est seul chez soi, il faut absolument refroidir son corps et je ne connais pas de meilleur moyen pour ça que le bain… J’avoue que je ne comprends pas ! Peut-être que tu parles de se « rafraichir » quand on a trop chaud et non pas de traiter un coup de chaleur ?

      Reply
      1. Archibuteo

        Pour le ventilateur, il y a plusieurs raisons. Déjà, ça assèche. Les muqueuses vont être très irritées (pas uniquement les yeux) et on produit du mucus en masse pour arranger ça. Ensuite, l’air ventilé peut aggraver l’asthme et les allergies. Et enfin la surface de la peau se refroidit, mais pas l’intérieur, qui, fasse à cette agression ressentie de « froid » sur la peau, va produire de la chaleur et paradoxalement faire monter la température corporelle. Ça amène assez bien au second point, l’histoire de l’eau. Effectivement l’eau glacée, ça jamais et chacun le sait. Pour les coups de chaleur et urgences, je suis absolument d’accord avec toi, l’idée c’est de faire redescendre la température en confrontant le corps à plus froid que lui. Le conseil que je donnais tout à l’heure était hors urgence : dans ce cas, faire couler sur soi de l’eau qui paraît chaude (donc pas brûlante, et surtout pas un bain ! L’ idée n’est pas de se cuire les cellules) permet d’envoyer comme info au corps « attention, la surface de la peau chauffe trop, il faut faire redescendre la température interne ». Quelques secondes d’eau tiède paraissant chaude suffisent. Ce qui donne a posteriori un effet de fraîcheur réelle puisque la température interne redescend. J’espère être plus claire.

        Reply
  3. Sam H.I. Post author

    Ça assèche oui ça c’est sûr… C’est assez inconfortable. En même temps en période de canicule si ça permet de dormir et de se rafraîchir…

    Perso j’ai un ventilateur avec un mode nuit. Il souffle juste assez pour rafraichir sans faire de bruit et il y a un minuteur pour qu’il s’éteingne tout seul. Il y a aussi une télécommande pour le rallumer depuis le lit quand on se réveille. Je pense surtout qu’il faut avoir un appareil adapté pour la chambre, sinon de toute façon rien que le bruit empêche de dormir.. En tout cas le mien me change la vie ! (Mais c’est pas mal de prévoir des larmes quand même xD)

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *